IT Technology

Vol de terrain populaire

20 ans de campagne

Le développement et la gestion des communautés locales africaines, précisément des quartiers d’habitats précaires passent par la mise en place de véritables politiques d’habitat et de logement social consacrant le droit à la ville comme une condition essentielle du droit au logement.

Celles-ci ne peuvent se réduire ni à de simples promesses dans les discours de campagne en matière d’urbanisation, de logement et de services sociaux de base, ni à une juxtaposition de structures étatiques inefficaces et sans résultat, ni à la privatisation des services publics d’habitat et de logement.

La mise en oeuvre d’une politique de financement et de promotion de l’habitat productrice de logements sociaux et favorable aux villes, aux communes africaines et aux citoyens suppose que le droit au logement devienne une réalité, que les acteurs locaux soient responsabilisés, et que les Etats, les collectivités locales, les sociétés civiles, les entreprises de constructions puissent construire entre eux et les citoyens des relations. De nombreux efforts sont faits dans ce sens.

En ce qui nous concerne, depuis 1997, une série d’initiatives ont été développées en collaboration avec l’état, quelques collectivités locales, les ONG et des organisations d’habitants.

Ces initiatives ont permis de mesurer les enjeux de la gouvernance locale, de la participation et de l’économie solidaire dans la mise en place des politiques de logement social.

Ces initiatives ont également permis de jauger la valeur de ce que pourrait être des véritables politiques d’habitat social, base des programmes de réformes du logement pour tous dans le cadre de la décentralisation.

De ces actions ont émergé trois groupes de plaidoyer pour l’habitat social au Cameroun, au Pérou et en RDC (République Démocratique du Congo), puis des plateformes de promoteurs de mutuelles et coopératives d’habitats reliées aux réseaux

Toute l'actualité